Menu Menu

Communiqués aux médias

Moutier, 11/08/2015

Tornos s’impose dans un environnement économique difficile

  • Hausse du franc et incertitudes en tête des facteurs d’influence
  • Un chiffre d’affaires après correction des effets de change au même niveau qu’en 2014
  • Les mesures de réduction des coûts portent leurs fruits

La décision de la Banque nationale suisse (BNS) d’abandonner le cours minimum euro/franc suisse a frappé le groupe Tornos en pleine phase dynamique et interrompu la tendance ascendante qui s’était installée l’année précédente. En 24 heures, un nouveau cadre macroéconomique s’est mis en place dans lequel les produits ont vu leurs prix grimper de plus de 12% par rapport à la concurrence internationale.

Tornos a réagi sans tarder à ces nouvelles conditions en lançant immédiatement un programme d’amélioration de l’efficience comportant un ensemble de mesures ciblées. Il a ainsi été décidé, par exemple, de renforcer les achats sur la zone euro et d’ajuster le prix de certains produits, d’accélérer la mise en place d’un système de production au plus juste («lean manufacturing»), de contrôler encore plus étroitement les coûts et d’augmenter le temps de travail hebdomadaire en Suisse de 40 à 43 heures.

Perte opérationnelle réduite grâce aux mesures de réduction des coûts et d’amélioration de l’efficience

Au premier semestre de l’exercice en cours, les entrées de commandes ont atteint CHF 92.3 millions, soit un repli de 9.5% ou de CHF 9.7 millions par rapport au premier semestre de l’exercice précédent (CHF 102.0 millions). Après correction des effets de change, les entrées de commandes s’élèvent à CHF 98.2 million, soit un recul de 3.7%.

Le chiffre d’affaires net est ressorti à CHF 82.6 millions, ce qui représente une diminution de 8.5% ou de CHF 7.7 millions par rapport au premier semestre 2014 (CHF 90.3 millions). Après correction des effets de change, ce recul est de 2.5% ou CHF 2.2 millions.

Le résultat d’exploitation (EBIT) se monte à CHF -0.9 million, soit CHF 3.1 millions en baisse par rapport à l’année précédente pour la même période (CHF 2.2 millions). Les effets de change négatifs sur le résultat d’exploitation se montent à CHF 2.4 millions. Corrigé des effets de change, le résultat d’exploitation se monte ainsi à CHF 1.5 million, soit seulement CHF 0.7 million en dessous du résultat de la période comparative.

Le résultat net est ressorti à CHF -2.5 millions (premier semestre 2014: CHF 2.2 millions). Il a été affecté à hauteur de CHF 1.2 million par des pertes de change imputables à la suppression du cours plancher euro/franc suisse.

Le chiffre d’affaires et la marge brute sont restés inchangés entre le premier et le deuxième trimestre.

Les mesures de réduction des coûts entamées immédiatement après l’annonce de la BNS et le programme d’amélioration de l’efficience ont commencé à porter leurs fruits dès le deuxième trimestre et ont permis d’alléger fortement les charges d’exploitation par rapport au premier trimestre, ce qui a eu un effet positif de CHF 0.9 million sur le résultat d’exploitation (EBIT). Tornos a également réussi à faire baisser ses charges d’exploitation par rapport au premier semestre 2014.

Les investissements en recherche et développement n’ont pas été visés par les mesures prises et s’inscrivent en hausse par rapport à la même période de l’exercice précédent. Cette évolution suit la logique industrielle de Tornos de développer des produits ciblés sur les marchés clés pour les années à venir.

Un marché suisse empreint d’incertitudes – Net développement positif aux Etats-Unis

Au premier semestre, les entrées de commandes ont enregistré des tendances très diverses selon les zones géographiques, et ce pour plusieurs raisons: depuis le printemps, les entrées de commandes ont ralenti sur le marché domestique, la Suisse, où la décision relative au taux de change s’est traduite par un repli des intentions d’investissement, en particulier dans l’industrie horlogère. En revanche, quelques commandes de la part de grands acteurs mondiaux des technologies médicales et dentaires ont été enregistrées. L’incertitude dans le marché suisse et son évolution conjoncturelle reste toutefois considérable. Les commandes du reste de l’Europe ont néanmoins progressé par rapport à l’exercice précédent. Cette dynamique provenait principalement des pays du sud et de l’est du continent au cours des premiers mois de l’année; au deuxième trimestre, elle s’est étendue en Europe du Nord, avant tout dans l’industrie automobile allemande.

Aux Etats-Unis, les entrées de commandes ont évolué de manière satisfaisante. La restructuration des activités commerciales menée en 2014 a commencé à porter ses fruits et le nouveau mix produits proposé aux Etats-Unis, composé de machines standard et haut de gamme ainsi que de tours multibroches et monobroches, répond aux besoins hétérogènes de la clientèle de ce pays.

Les commandes de l’Asie du Sud-Est, en particulier, se sont avérées inférieures aux attentes. Sur le marché de la Grande Chine (Chine, Hong Kong, Taïwan), en revanche, d’importants fournisseurs européens, entre autres dans l’industrie automobile, ont mis en service de nouvelles unités de production. Cette région présente un potentiel de croissance pour le groupe Tornos au cours des années à venir.

Les produits

MultiSwiss est aujourd’hui le fer de lance du portefeuille de produits de Tornos. Avec les machines de la gamme EvoDECO, il constitue le pilier de l’offre haut de gamme produite en Suisse. S’y ajoute SwissNano, dont les propriétés tout spécialement conçues pour les besoins de l’industrie horlogère suscitent également un intérêt dans d’autres branches.

Les nouveaux sites en Chine et à Taïwan fonctionnent selon des processus stables et leurs capacités de production augmentent conformément aux prévisions. L’introduction sur le marché de nouveaux produits fabriqués dans ces usines a permis de faire un nouveau pas vers la mise en place du mix produits stratégique du groupe. Ainsi, le portefeuille, dont la complexité s’est réduite dans le même temps, est dorénavant plus diversifié et adapté au marché qu’il y a deux ans.

Le segment de la révision des machines devient de plus en plus intéressant. En effet, Tornos compte des milliers de machines en service, qu’une révision générale peut remettre quasiment à l’état neuf après quinze années d’exploitation ou plus. Le groupe va donc développer progressivement les capacités requises pour ces opérations.

Perspectives

Les prévisions pour le marché des machines-outils en 2015 tablent sur un environnement très fluctuant, principalement influencé par des facteurs tels que les répercussions de la crise grecque sur les décisions d’investissement en Europe, les effets des sanctions de l’UE contre la Russie, le ralentissement de la croissance chinoise ou les évolutions futures des marchés des changes, ce qui interdit toute projection fiable pour l’exercice en cours.

En ce qui concerne le second semestre, Tornos pense être en mesure de compenser, au quatrième trimestre, la modération de l’activité habituelle pendant les mois d’été. En revanche, le Groupe ne table plus sur une croissance du résultat par rapport à 2014.